La naissance de MiniCrobe.

15 novembre 2016

Je blague, je râle sur ces contractions présentent toute la grossesse mais qui ne se décident pas à se transformer en vrai contractions, sur ce col modifié depuis plus de 15 jours et qui ne veut apparement pas s’ouvrir d’avantage, sur cet accouchement dont je ne vois toujours pas la couleur alors qu’on me l’avait annoncer « Vous n’irez pas à terme ».

15 novembre 2016, 40SA

Je rigole avec les maitresses, et assistantes, de mes grands: « Toujours là! »
Toujours enceinte, malgré que je m’active beaucoup, malgré mes marches quotidiennes qui se comptent en heures depuis 2 semaines et malgré la super lune de la nuit.

Un peu avant 11h

Nous rentrons du marché, et quelques courses au super marché, avec belle-maman (venue chez nous pour nous aider au moment de la naissance) et mon mari, à pieds. Arrivée devant chez moi, j’ai une contraction plus douloureuse que d’habitude, en ceinture, mais toujours pas de vrai contraction de travail. Ça fait 2h que je marche, je pense que c’est la fatigue.

13H30

Après le repas à la maison, où j’ai 2-3 contractions douloureuses mais plus que supportables, nous déposons les grands à l’école, toujours à pieds, et une des maitresses s’étonne d’apprendre que le terme est si proche, pour elle c’était pour décembre. No way!
Je commence à espérer que ce soit pour le lendemain.

14h30

Je me repose sur le canapé en regardant un téléfilm de noël avec belle-maman, les contractions sont moins douloureuses en étant au repos, j’en ai environ 4 par heure, quand j’apprends que Mots d’maman, qui avait exactement le même terme que moi, a accoucher, elle. Je commence a désespérer (je suis pressée, je veux moi aussi mon bébé), je me dis que finalement ce n’est que la fatigue, j’ai trop forcée.

16h30

Je vais chercher les grands Crobes à pieds, les contractions ne sont ni plus, ni moins, elles ne me gênent pas. On rentre, on goûte, on prend la photo des 40SA seule et avec les Crobes. On s’amuse car impossible d’avoir une photo non floue de nous 3 avec MiCrobe qui me grimpe sur le dos.

IMG_20161115_172647.jpg

17H30

J’ai posté cette photo sur instagram, je discute sur les réseaux avec les copines tout en rangeant le linge propre. J’ai 6 contractions plus douloureuses en 30 minutes, je parle donc d’un début de pré-travail, sans trop y croire. On verra bien. En attendant nous nous préparons pour l’éveil musical, mais on y va en voiture cette fois.

18h

Les Crobes sont à la musique, nous discutons avec un couple de connaissances sur le trottoir. Lui trouve que je porte encore haut, elle s’étonne de me voir si fine.

18h10

Je tire sur la manche de Mr Nurse, j’ai deux vrais contractions de suite, enfin… Je n’en suis pas sûre, elles font vraiment mal mais toujours en ceinture, je veux rentrer prendre une douche voir si ça passe.

A la maison, les contractions deviennent intenses, elles sont espacées donc j’arrive à récupérer entre, mais elles me mettent à genoux, littéralement (merci la proprio d’avoir laissé les poignées dans la douche), malgré le fait qu’elles sont localisées dans le bas de l’utérus uniquement.

18h35

Je sors de la douche, je préviens mon mari, faut récupérer les garçons, je veux les embrasser avant de partir à la maternité.

Je m’habille, je descends au salon, je tremble, j’attrape mon manteau, belle-maman me demande si j’ai bien tout préparé et quelles chaussures je veux mettre.

18h45

« Maintenant que j’ai mes chaussures au pieds, je n’ai plus de contractions », voilà ce que je dis en riant. J’attends le retour des garçons assise dans le rocking-chair.

18h50, je crois

Une violente contraction, me fait attraper la main de ma belle-mère et la serrer fort, je gémis, je suis en sueur, mes jambes tremblent et c’est à ce moment-là que mes enfants passent la porte. Je les rassure, les câline, les embrasse, leur explique où je vais et pourquoi. Nouvelle contraction, j’ouvre mon manteau, foutu bouffée de chaleur, je peine à me lever, j’ai les jambes en coton. J’espère que ça avance bien car je me sens incapable de marcher pour faire accélérer le travail si jamais cela s’avère nécessaire.

Un peu avant 19h nous sommes dans la voiture

« J’ai oublié mon téléphone! », nous sommes au bout de la rue, Mr Nurse fait demi-tour. Pendant qu’il cherche mon téléphone, je retire mon manteau, je meurs de chaud.

19h03 nous démarrons pour de bon

Sur les 30 minutes de trajets, nous n’avons pas vraiment compté mais, nous pensons qu’il y a eu qu’une dizaine de contractions. Des contractions violentes, qui me faisaient trembler comme une feuille et « chanter » pour gérer, accrochée au siège. Par contre entre-deux, je blaguais sur le fait d’être coincés entre deux voitures sans permis et une ligne blanche: « A la une demain: elle accouche entre deux pam-pam! ». A moins de 5 minutes de la maternité je ressens l’envie de pousser et la poche des eaux est rompues. Je me transforme en chouineuse larmoyante.

Quelques part entre 19H30 et 19H35 (j’ai oublié ma montre)

Nous sommes sur le parking, Mr fait le tour du véhicule pour m’ouvrir la porte et m’aider à descendre, je commence à me lever…
« Je ne peux pas je sens la tête! »
Il court vers l’accueil, je sers les jambes et me retiens de pousser quand une contraction arrive. Il reviens en me disant « Je pars chercher un fauteuil roulant et je me fais voler ma montre, tu te rends compte? ». Je ne réponds pas car trop concentrée à retenir bébé, je ne veux pas accoucher sur le parking, mais je me demande si j’ai bien entendu et pourquoi il me parle de sa montre (j’en ai rien à foutre de sa montre) (il m’expliquera par la suite qu’une secrétaire de l’accueil lui à arraché sa montre pour servir de gage au fauteuil).

Après 19H35

On fait une course de fauteuil jusqu’au service maternité, mais je ne suis pas bon co-pilote, les contractions sont de plus en plus proches et intenses, j’essaie de gérer en « chantant », je suis dans ma bulle. Quand la porte s’ouvre, « Oh ça a l’air de pousser! » dit une femme.

Je m’installe très difficilement sur la table d’examen (je me suis rendu compte après que j’étais en salle de consultation et non pas en salle de travail), je ne trouve pas de position, la sage-femme me dit que je dois pousser mais je n’arrive pas à me détendre et à pousser sur la première contraction.  Je l’ai tellement retenu aussi! Sur la deuxième je croise son regard et c’est comme si je comprenais enfin ce que je devais faire.

2 poussées plus tard, 15 novembre 2016, 19h43, MiniCrobe est né!

Je le sers contre moi, l’embrasse, le caresse.
« – Vous voulez savoir le sexe?
– Ah oui c’est vrai! »
C’est là que je sens sous mes doigts… Encore un garçon!
Et j’éclate de rire avec mon mari.

Les rires du bonheur, tout simplement.

 

 

 

 

 

Advertisements

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Han ♥ ton récit est magnifique, j’ai eu la larme à l’oeil à la fin ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s