Dernier mois {quatrième grossesse}

Houlà, c’est le dernier mois!

img_5191

Je vis mes derniers jours de maman de trois enfants, mes derniers jours de fusion avec NanoCrobe, mes derniers jours de femme enceinte.

Lorsque Nano sera là, ils seront quatre, nous serons six, un doux chiffre paire, un chiffre qui nous plait, celui où nous serons au complet.

Mais, cela signifie que la grossesse sera terminée pour moi, je ne porterai plus la vie, ce sera fini, que je vais tourner une grosse page de ma vie, celle de la maternité, et ce n’est pas chose aisée.

Je suis heureuse de voir le moment de La Rencontre arrivée car j’ai envie de connaitre mon bébé, celui que j’aime déjà depuis des mois. Même si chacune de ses premières fois pour lui/elle sera synonyme de dernière pour moi, j’ai hâte de les vivre et je me promets de les savourer autant que possible.

Mais j’ai un peu peur.
Peur de ses étapes…
Dire adieu à la maternité.
Faire disparaitre définitivement mes vêtements de grossesse.
Me détacher des petites affaires de bébé.
Me débarrasser des éléments de puériculture.
Etc…

Oh je sais, j’anticipe beaucoup, mais c’est une sensation de temps qui s’échappe, comme le sable entre les doigts. Ces petites choses sont comme des doudous, c’est réconfortant. Ce sont mes signes extérieurs de jeune maman, statut que je porte depuis un moment maintenant, comme un vêtement bien ajusté, confortable, qu’on ne voudrait jamais quitter.

Mais voilà, je vais devoir passer à l’étape d’après, pas tout de suite c’est vrai, mais bientôt je le sais.

Et l’étape d’après c’est quoi?
Quel sera mon nouveau moi?
Je me connais bien en tant que maman de petits et tout petits, mais quelle maman de grands je suis? Quelle maman de famille nombreuse je suis?
D’ailleurs est-ce que je ne me défini que par « maman »? Non, je ne crois pas mais c’est une tellement grande par de moi…

Bref, ça se bouscule en moi, dans ma tête comme dans mon corps.

Corps bien rond de mon Nano.
Corps qui commence à être bien douloureux, entre les crampes, le bassin qui craque et la symphyse pubienne qui tiraille, tout comme mes entrailles.
Corps qui fatigue d’en faire autant depuis si longtemps.
Corps qui bientôt sera délivré.
Corps que bientôt je vais devoir me réapproprier.

Mais corps que, pour le moment j’aime tellement, je trouve magnifique, que je remercie de m’avoir suivi dans ma douce folie, celle de donner quatre fois la vie.

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Charlène dit :

    J’ai toujours voulu n’avoir que deux enfants et c’est vrai que c’est un sentiment particulier de se dire que « plus jamais » . Mais si ma première grossesse a été idyllique, celle ci a été particulièrement éprouvante . Je me dis que c’est pour me réconcilier avec le fait que c’est la dernière… une page se tourne pour moi aussi et l’avenir réserve , j’en suis sure, de bien jolies autres surprises.

    1. Nurselily dit :

      Moi j’ai toujours voulu une grande famille 😉
      Je suis certaine également que plein de belles choses m’attendent mais comme à chaque grande étape j’ai cette crainte de l’inconnu

  2. Fanny Nanynanère dit :

    Oh que je te comprends….
    Petit dernier à 2 ans et je ne fais toujours pas le deuil de la grossesse.
    J ai hésité pour le 3ème et maintenant j ai du mal à me dire que plus jamais.
    Après c est aussi accentué par son arrivée prématurée de 5 semaines .
    Je n ai pas eu le temps d avoir tes mots en tout cas je n ai pas eu le temps de me poser et de me dire que c était la dernière fois… Mon plus grand regret.

    1. Nurselily dit :

      Oh 💕💕💕
      J’imagine ta difficulté
      Des bisous 😘

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s